En général, les mormons sont des personnes heureuses. Nous sommes connus pour notre grand cœur, notre large sourire et pour être toujours prêts à apporter de la salade de pommes de terre à tous ceux qui en ont besoin. Mais qu’en est-il lorsque la vie démolit notre tempérament joyeux? Nous permettons-nous d’avoir de profondes émotions humaines ou nous sentons-nous contraints d’arborer un visage souriant même quand le monde s’effondre autour de nous?

Lorsqu’on a diagnostiqué une tumeur maligne à mon mari, alors qu’il n’avait que 28 ans, je me suis retrouvée dans un tourbillon d’émotions. J’étais dévastée, frustrée, en pleine confusion, angoissée, terrifiée et le cœur brisé. Ce n’était qu’au travers d’histoires que je connaissais d’autres patients de moins de 60 ans atteint de cancer et ils s’efforçaient d’être courageux, positifs et heureux malgré les difficultés. Et pourtant, moi j’étais là en train de sangloter dans mon lit. J’arrivais à peine à distinguer la silhouette de mon mari à travers les larmes. Je ne me sentais pas courageuse, positive ni heureuse.

C’est là qu’une autre émotion a fait son entrée : la culpabilité.


J’en ai conclu que je faisais tout de travers. J’avais cette épreuve difficile, suffisamment dramatique pour être décrite pendant un coin de feu ou une conférence de Pieu, mais ma réaction était loin d’être inspirante. Qui serait inspiré par cette flaque de larmes? Qui voudrait entendre l’histoire de la femme qui a crié : “Je déteste le cancer!” dans son oreiller sans une once de grâce ni dignité? Pourquoi n’ai-je pas réagi avec force et optimisme? Manquais-je de foi?

Jésus pleura donc j’en ai aussi le droit

Depuis le jour du diagnostic, je n’ai pas arrêté de prier. Je ne doutais pas que Dieu m’écoutait et mon témoignage était solide. Pourquoi n’avais-je pas le courage émotionnel dont j’avais tellement entendu parler? Pourquoi étais-je incapable de sourire lors de chaque rendez-vous de chimiothérapie et de ne pas prêter attention à une journée pleine de scanners, de radiothérapies et de transfusions de sang? Pourquoi ne ressentais-je pas cette attitude joyeuse que les mormons sont “censés” irradier?

Jésus pleura aussi

Puis j’ai pensé à la vie de mon Sauveur. L’Écriture la plus courte de la Bible est devenue l’une des plus puissante pour moi : « Et Jésus pleura ». Lorsque Lazare est mort, Jésus n’a pas souri, apporté un gratin et apaisé tous les soucis de chacun. Il a pleuré. Il n’a pas dit à Marie et Marthe que si elles étaient juste plus fortes ou avaient plus de foi, elles ne ressentiraient pas de chagrin. Il a pleuré avec elles. Bien sûr il savait que la mort était temporaire mais il n’a pas mis ses émotions de côté. Il a ressenti une tristesse profonde. Après la mort de son ami, il avait une bonne raison de pleurer et il n’en a pas ressenti de culpabilité.

Jésus pleura donc j’en ai aussi le droit

Jésus-Christ a ressenti beaucoup d’émotions différentes dans sa vie. Il a ressenti de la colère lorsque son temple a été profané et de la déception lorsque les gens n’ont pas cru à ses enseignements. Il a ressenti un profond chagrin lorsqu’il a été trahi et il s’est senti trahi et découragé lorsque ses apôtres ont manqué de foi. Il a ressenti une douleur intense, à la fois physique et émotionnelle. Il a même supplié de recevoir de l’aide lors de l’agonie de l’Expiation.

Pourtant, pour une raison que j’ignore, nous sommes tentés de penser que nous devrions toujours être heureux. On s’attend à affronter les épreuves avec ferveur et à rayonner de joie malgré la souffrance et la maladie. Nous nous disons faibles lorsque nous délaissons notre attitude joviale. Il est injuste de nous imposer cette attente sur nous-mêmes! Nos réactions aux épreuves ne doivent pas correspondre à celles des autres ou entrer dans une jolie petite boîte. Nous avons le droit d’accepter nos émotions, même les plus difficiles, car elles facilitent véritablement le développement. La tristesse peut nous mener à l’empathie. La colère peut nous mener à défendre ce qui est juste. L’inquiétude peut nous mener à prier. Et la peine peut nous mener au Christ.

Ceux qui ont du chagrin ne manquent pas de foi

En regardant mon visage tracé de larmes dans le miroir, je me suis rendue compte que ce que je faisais était juste. Il est acceptable d’être accablée de chagrin parce que mon mari a un cancer. Il est acceptable de s’inquiéter pour son avenir. Il est acceptable de se sentir en colère lorsque ses médicaments ne fonctionnent pas ou déçue lorsqu’on passe nos vacances à l’hôpital. Il est acceptable de pleurer ensemble lorsque je le nourris à la petite cuillère et que je lui mets des bandages autour du corps. Il est acceptable d’implorer Dieu de nous ôter cette coupe si c’est en accord avec sa volonté.

Rien de tout cela ne signifie que nous manquons de foi.

Si les larmes du Christ ont inspiré tant de personnes, il peut en être de même pour les miennes. Il compatissait de voir ses êtres chers souffrir, tout comme je compatis lorsque mon mari gémit de douleur dans son lit d’hôpital. Le Christ détestait la lèpre probablement autant que je hais le cancer. Les Écritures ne disent jamais que le Christ a souri malgré ses épreuves difficiles. Il y a des jours où je suis la première à sourire et à rigoler dans la salle d’attente de l’hôpital mais, d’autres jours, je me rappelle que Jésus a pleuré et il est acceptable que je le fasse aussi.

C’est en faisant front à mes sentiments que je trouve la vraie joie. Je ne me critique plus pour mes réactions émotionnelles aux situations difficiles. Je n’attends plus de moi-même une attitude toujours positive et joyeuse malgré les circonstances douloureuses. J’utilise mes expériences et émotions pour soutenir les autres avec compréhension et empathie. Ma souffrance, peine, chagrin, tristesse, colère, énervement, soucis et déception m’aident à apprendre, grandir et soutenir les personnes qui sont autour de moi.

Tout comme Jésus-Christ s’est permis de ressentir profondément ses émotions, je sais que j’ai aussi le droit de le faire.

_____________

La version originale de cet article a été écrite par Julieann Selden, publiée sur LDSLiving.com sous le titre « Jesus Wept, and So Can I: Why We Need to Realize We Don’t Always Have to Be Happy » et traduite par Nathalie. French ©2017 LDS Living, A Division of Deseret Book Company | English ©2017 LDS Living, A Division of Deseret Book Company

 

The following two tabs change content below.
Droit d'auteur © 2018 Jésus Christ. Tous droits réservés.
Ce site n'est pas propriété de ou affilié à l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (parfois appelé LDS Mormon ou église). Les opinions exprimées ici ne représentent pas nécessairement la position de l'Eglise. Les opinions exprimées par les utilisateurs individuels sont de la responsabilité de ces utilisateurs et ne représentent pas nécessairement la position de l'Eglise. Pour les sites officiels de l'Eglise, s'il vous plaît visitez LDS.org ou Mormon.org.

Pin It on Pinterest

Share This