Par Kyle Bradford Jones, article publié sur ldsmag.org

Mormon

Photo via Pixabay.com


Le corps physique

Le corps physique humain est vraiment remarquable, souvent en mesure de se guérir de nombreuses maladies qui affectent plus sévèrement d’autres organismes. Lorsqu’on tombe malade, infecté par un microbe, comme un virus ou certaine bactérie, ce n’est pas ce corps lui-même qui nous rend malade, mais la réaction de l’organisme à ce corps. Par exemple, lorsque nous sommes affectés par un rhume et nous avons : toux, maux de gorge, nez qui coule et de la fièvre, ce sont toutes les conséquences de l’organisme qui tente de se défendre contre le virus, et non les signes de l’effet direct du virus sur nos corps.

Nous sommes bénis d’avoir des médicaments qui peuvent aider à lutter contre certaines de ces infections, mais le mécanisme principal pour la plupart des médicaments est de contrôler suffisamment le virus envahisseur pour aider le corps à guérir par lui-même, et donc éventuellement éliminer nos désagréables symptômes une  fois que l’envahisseur est tué. Aussi dur que nous pouvons essayer de nous garder en bonne santé, en ayant une bonne alimentation, faisant de l’exercice, se lavant les mains, et recevant des vaccinations, nous faisons tous de temps en temps l’expérience de ces maladies infectieuses relativement peu graves. Cependant la façon dont notre corps réagit à ces infections a un impact direct sur le résultat de notre physique.

 

Réponse du corps physique aux maladies infectieuses

Mormon

Bactéries. Photo via Pixabay.com

Lorsque le corps physique détecte un envahisseur étranger, tel qu’un virus ou une bactérie, il y a trois possibilités: une réaction insuffisante, une réaction excessive, ou la réaction appropriée. Le corps va réagir de façon insuffisante quand soit il ne reconnaît pas l’envahisseur, soit il est tout simplement incapable d’opposer une réponse immunitaire, par manque de force (comme la malnutrition), ou la présence d’autres maladies simultanées (comme le SIDA). Par conséquent, nous ne ressentons pas les symptômes typiques d’un rhume ou d’une autre infection alors qu’il est souvent trop tard. Le résultat final de cette absence de réponse par le corps sera inévitablement la mort, car il n’est pas capable de gérer l’envahisseur.

Une réaction excessive du système immunitaire de l’organisme se produit fréquemment dans les maladies auto-immunes telles que le diabète de type 1, le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde. Celles-ci sont parmi les maladies les plus mortelles, personnellement lourdes et difficiles à traiter reconnues chez l’homme. Le système immunitaire de l’organisme identifie par erreur une partie d’elle-même comme étrangère et attaque cette partie du corps. Sans traitement approprié, ces problèmes peuvent entraîner une déformation ou même la mort.

Une réaction «appropriée» à un envahisseur étranger fournit les symptômes typiques du rhume comme mentionné ci-dessus. On se sent  malade de quelques jours à quelques semaines, et on ne recouvrira pas seulement une bonne santé, mais on sera réellement devenu beaucoup plus fort. Une fois que le corps a détruit l’envahisseur, il se le rappellera et sera capable de le reconnaître plus efficacement et de l’éliminer quand il reviendra.

 

Le corps spirituel

Nos corps spirituels réagissent au péché de la même manière que nos corps physiques réagissent à un virus. Malgré tous nos efforts et nos intentions les plus pures, nous péchons tous. Nous travaillons dur pour éviter les tentations, et faisons le nécessaire pour recevoir la force de l’Esprit lorsque ces tentations se présentent. Mais alors même que nous tombons malades, malgré le lavage des mains et la prise de médicaments en cas de besoin, le fait d’être un être humain signifie que nous péchons régulièrement (Romains 3:23; 1 Jean 1: 8). Au lieu de se faire soigner par un médecin, nous cherchons le guérisseur ultime, le Sauveur du monde, Jésus-Christ, qui est le seul qui peut vraiment nous guérir et nous préparer à devenir comme notre Père céleste (Esaïe 53: 5 ; 2 Né 9:41; 2 Né 25:26).

Quand nous péchons, ce n’est pas le péché lui-même qui nous détruit, mais notre réaction envers lui. Contrairement à notre corps physique, dont la réponse à un envahisseur infectieux se produit sans que nous l’ayons choisi consciemment, notre libre arbitre nous permet de choisir l’une des trois façons utile pour répondre à nos péchés. Si nous réagissons insuffisamment, soit nous ne reconnaissons pas notre action comme un péché, ou plus probablement, nous sommes incapables de répondre correctement à cause d’un manque de force spirituelle. Nous pensons souvent que nous ne sommes tout simplement pas assez forts pour surmonter le pêché, que nous sommes indignes d’être guéri, ou que la maladie spirituelle de l’apathie entre et nous ne nous soucions tout simplement pas de répondre (voir «Qu’en est-il de nous?», Elder Ballard, Conférence d’avril 2000). Ce choix de relâche, sinon corrigé par la foi en le Sauveur Jésus-Christ et le repentir qui suit, conduira inévitablement à la mort spirituelle (Rom 6:23; Alma 12: 16-18; Hel 14h18).

Une réaction excessive au péché est fréquente parmi les zélotes, fanatiques religieux, ceux qui aiment une maladie auto-immune interprètent dans un mauvais sens quelque chose qui est naturel et normal, et finissent par l’attaquer. Comme les maladies du corps auto-immunes sont souvent très difficiles à gérer et à vivre avec elles, ainsi cette attitude spirituelle envers le péché est souvent difficile à identifier et à surmonter. Quand nous répondons de cette manière au péché, nous ne réalisons pas souvent ce que nous faisons, et pouvons même penser que nous faisons quelque chose de positif. C’est le cas pour de nombreux cultes religieux fanatiques ou extrémistes. Si nous répondons de façon continue de cette manière, nos esprits vont se déformer, et nous finirons hors de la présence de notre Père céleste. Nous pouvons nous prémunir contre ce comportement en nous-mêmes en restant humble, et en recherchant l’inspiration et en écoutant les murmures du Saint-Esprit.

Une réponse appropriée ou adaptée est évidemment le choix désiré. Cela signifie que nous suivons le processus proscrit de repentance en reconnaissant notre péché, éprouvant des remords sincères, parlant avec les juges adéquats en Israël si nécessaire, et ne commettant pas à nouveau le péché. Bien plus comme un rhume, le processus de repentance est difficile alors que nous passons à travers, mais il finit par nous rendre plus fort, plus près de Dieu, et mieux à même d’éviter ces mêmes actions dans le futur en construisant une immunité spirituelle contre le péché.

 

Le besoin de repentance

Mormon

Tandis que le corps physique à un moment donné va mourir, avec l’aide de notre Sauveur on peut humblement choisir de répondre de manière appropriée à nos péchés, et donc de se garantir la vie éternelle (Jean 3:16; 2 Né 2:27; Jacob 6:11). Le Seigneur espère que nous choisissions tous ce bon et miséricordieux chemin pour retourner en la présence de notre Père céleste.

The following two tabs change content below.

Léa

Léa est la troisième génération de mormon de sa famille. Elle aime passer du temps avec son mari et leur fille, voyager et découvrir de nouveaux horizons. Léa et sa famille habite aux Etats-Unis.

Pin It on Pinterest

Share This